Ultra ordinaire, Journal d’un coureur

Au début, c’est l’histoire d’un jeune homme comme les autres qui n’arrive pas à se décider à entreprendre un sport pour de bon. L’adolescence n’est pas forcément le moment le plus approprier pour commencer son sport de prédilection. C’est la première leçon qu’on pourrait tirer des premiers chapitres de cet ouvrage qui peu à peu, l’air de rien, va nous emmener vers des sommets… inimaginables.

gr_9782761944120.jpg

Joan Roch, le narrateur de ces petites histoires à plus ou moins grandes distances nous raconte qu’il n’est qu’un homme comme les autres. Une machine capable de parcourir plusieurs centaines de kilomètres en courant ? Non, un homme qui a décidé un jour de remplacer tout moyen de locomotion « annexe » par la course à pied. Ainsi, en plus de quelques séances d’entraînement hebdomadaires, du jour au lendemain (enfin suite au vol de ses vélos), il a décidé qu’il irait au bureau, et en reviendrait en courant. Cela représente pas moins de 20 kms quotidiens, été comme hiver, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige.

Qui n’a jamais rêvé de parcourir des kilomètres par ses propres moyens (humains) ? Surtout, qui n’a jamais rêvé d’explorer sans entraves l’horizon qui s’ouvre à nous ? Prenez une voiture, vous aurez à un moment donner à la nourri d’essence, à lui trouver une place. Prenez votre vélo et il vous en coûtera malgré tout de respecter quelques règles de circulation, et vous devrez également lui trouver une place, le sécuriser… l’attacher. Prenez-vos baskets… et courez.

Voilà l’un des postulats de départ de cet ouvrage. De la course à pied, Joan Roch en vient rapidement au marathon. Du marathon, au trail. Et du trail… à l’ultra. Qui ne connaît pas l’UTMB apprendra qu’il s’agit de 170kms autour du Mont-blanc avec un dénivelé positif de 10kms. Qui ne connaît pas la diagonale des fous saura rapidement qu’il s’agit du rendez-vous des plus grands coureurs de trail de ce monde, à la Réunion. Mais avant cela, il vous faudra parcourir le monde, affronter les décalages horaires, la sueur, les déconvenues offertes par le terrain qu’on cherche à conquérir.

Une machine disais-je ? Non. Joan Roch comme tout le monde finit par apprendre qu’il est plus judicieux de choisir ses chaussures et d’en changer à mesure qu’elles accumulent les kilomètres. Il apprend aussi que tous les trails ne se parcourent pas les mains dans les poches avec pour seule armure un short, qu’il faut parfois emporter de l’eau, des lampes torches, de quoi se nourrir : surtout quand la course prévoit de passer une nuit… voir deux dehors. Il comprendra à quel point le corps peut parfois trahir, surtout certaines articulations… et qu’il faut garder à tout prix le moral, qui est le vrai moteur après le corps.

Il nous redonne surtout espoir. Courir avec des problèmes de genoux : c’est possible du moment qu’on est suivi, qu’on est à l’écoute, qu’on fait attention. Aller plus loin, plus vite ? C’est possible, avec de l’entraînement. Car c’est aussi là qu’on trouve la clé de voûte du récit : l’entraînement fait beaucoup, énormément même. Et en la matière bizarrement, rien ne sert de courir… il faut partir (quand on est) à point, qu’on a la volonté, l’envie, et y aller très progressivement, toujours en écoutant son corps. S’il y avait un remède miracle, une recette, ce serait celle-ci : s’entraîner autant que possible pour atteindre des sommets.

Rarement un ouvrage m’a tiré les larmes à sa lecture. Lorsque j’ai terminé ce livre, j’en voulais encore. Mais surtout, je voulais courir à tout prix. Malheureusement ça attendra encore une quinzaine de jours à cause de mon entorse faite au Trailwalker d’Oxfam. Mais j’ai hâte, et résolument, j’espère pouvoir suivre les traces de Joan Roch. Je ne serai peut-être pas capable de faire autant de progrès en une dizaine d’années, mais grâce à lui je sais qu’il n’est pas trop tard pour vraiment commencer, m’y mettre, et avaler les kilomètres ! 🙂 Merci à lui.

Ultra-Ordinaire, Journal d’un coureur, Les Editions de l’Homme, 256 pages, Avril 2016, 19,90 €

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s