Cross du Mont-Blanc : départ pour la prépa

Dimanche 24 juin. Nous y sommes cette fois. Je pars pour Chamonix en vue de suivre la préparation Trail spécifique 23 kms du Mont-Blanc avec l’UCPA.

Il y a quelques mois en effet je me suis dit que j’aimerais bien faire une course dans un cadre exceptionnel (la montagne), que je me lancerais bien un nouveau défi (vaincre mon vertige). Cela ne m’est pas venu à l’idée comme ça : 3 semaines de vacances en Espagne dans le Quiros (Asturies) l’année dernière avaient achevé de me donner goût aux escapades un peu plus sauvage, avec plus de dénivelé.

Il est vrai que j’y vais un peu fort : je n’ai jamais fait de trail en course à pied, si l’on excepte l’Oxytrail urbain de Noisiel (5kms) et le Oxfam Trailwalker, qui comme son nom l’indique était une marche.

En tout cas je me suis inscrite et mon nom a ensuite été tiré au sort, validant ainsi mon inscription définitivement. 😅

Par la suite j’ai vu qu’il existait une semaine de préparation à cette course. C’est là que je vais aujourd’hui.

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<
rection de l'aéroport où m'attend un avion qui décollera pour Genève à 11h05. Pour moi c'est l'aventure : je pars pour la première fois à la montagne seule. 😭😱 Et pas n'importe quelle montagne : les Alpes ! Le Mont-Blanc ! Moi qui ai déjà en tête de faire un trek au Nepal… c'est un bon début.

Mon sac est prêt, je l'ai ajusté, peaufiné depuis deux jours. La formation consistera à parcourir le premier tiers du trail lundi, puis le second mardi. Ensuite, nous avons deux jours de coaching, montée en altitude sans effort et séance de décrassage. Vendredi, c'est le salon du running avec le retrait du dossard.

Petit bonus : je resterai jusqu'au dimanche après ma course, soit le jour du Marathon du Mont-Blanc auquel participera Kilian Jornet ! 😍

Comme à mon habitude j'arrive deux fois trop tôt à l'aéroport. Alors je ne résiste pas à un croissant café pour patienter, et je me plonge dans ma lecture.

L’avion décolle à 11h05 et à peine partis on arrive déjà en Suisse où m’attend un van partagé de la compagnie Mountain Drop Off. Il m’amènera à Chamonix en moins d’une heure. J’ai choisi cette option de voyage plutôt que le train car cela aurait été beaucoup trop long et je n’aurais pas eu le temps de préparer mes affaires correctement avant de partir.

Mountain Drop Off vous amène de l’aéroport de Genève jusqu’à la vallée de Chamonix pour 30€ avec un code promo donné par l’organisation du Marathon du Mont-blanc. C’est environ une heure, convivial et super agréable d’arriver petit à petit dans les majestueuses montagnes. Puis bientôt, l’arrivée à Chamonix. Pas pu m’empêcher de passer chez Paulsen et de faire des emplettes très en rapport avec ma venue.

Ici, c’est une jolie vallée entourée de montagnes où l’on peut encore voir de la neige à cette saison. C’est aussi le temple du running, du trail, du cyclisme, de l’alpinisme, et du ski bien sûr. En un mot, c’est le temple du sport outdoor ! Un vrai plaisir et un vrai piège pour le porte-monnaie, mais j’ai su par exemple résister à cette veste ultra-ultra-légère en gore tex de chez The North faith, faite à la fois pour le vélo et le running, coupant l’eau et le vent… mais coûtant 300€ ! 😱😅

Chamonix, c’est aussi un peu comme La bourboule, sans ta mère en short et en beaucoup plus beau-charmant-sympathique-impressionnant. 😍

C’est la première fois que je pars à la montagne (la vraie) toute seule. Toute la semaine je me suis sentie punie, comme à la veille d’un départ en colonie de vacances. Je suis assez solitaire, et l’idée de me retrouver une semaine entière avec de parfaits inconnus m’effraie assez.

Ma petite mousse bue sur la place de Chamonix, au bar « La terrasse », je prends la direction de la gare pour rejoindre l’UCPA d’Argentière. Demain m’effraie assez. Je suis partagée entre peur, fierté, enthousiasme et envie de fuir. 😬

L’arrivée à l’UCPA est assez simple par ce petit train : la station est à cent mètres du Centre. Je vois qu’il y a même un magasin/bar/café sportif où je pourrais acheter d’autres paires de chaussettes si besoin. Je suis toute contente en allant ouvrir la porte de MA chambre : je me dis que je vais siester. Il est 17h30 et je suis levée depuis 6h30 du matin. Mais en faisant le code sur la porte : quelqu’un l’ouvre de l’intérieur. 😞 Évidemment, ce n’est pas un hôtel et bien sûr, c’est normal je partage la chambre avec deux autres filles qui font le stage de reconnaissance pour Le Marathon. Fiou. Je vais devoir mettre ma timidité de côté, oser aller faire pipi la nuit même si j’ai peur de faire du bruit… ce qui va être chaotique je le sais déjà puisqu’en plus je dors sur un lit en hauteur, avec une échelle très raide ! 😱

Ma consolation : la vue depuis la chambre est très très belle :

J’ai un peu peur de tout, gros retour en arrière d’avant le Kenya : peur de ne pas être à la hauteur, peur que les gens ne m’aiment pas et surtout, qu’ils me le fassent sentir, peur de déranger. On verra bien !

Cette première journée était donc mon arrivée à Argentière, sur les lieux de la course. Demain, on décolle à 8h30 pour la première journée de reco, et ils vont partager le groupe en deux niveaux. Même au repas de ce soir je n’ai pas trouvé de collègue pour la reco du 23 kms. Si ça se trouve, finalement je suis toute seule ! Verdict demain !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s