Rester chez soi – 2

La découverte de la semaine, c’est Zwift.

Je fais partie des chanceux qui possèdent un appareil de torture home trainer à défaut d’avoir un palace jardin où tenter de faire 85 kms en tournant en rond. Si si, il y en a qui le font. D’autres font un marathon sur leur balcon. Pourquoi pas ? Mais je n’ai pas de balcon. 😀

J’en parlais ici, installer le home-trainer n’a pas été une mince affaire puisqu’il m’a fallu démonter ma cassette pour la mettre dessus. Comme c’était une première, je n’étais pas tranquille, mais j’ai réussi ! Ensuite, il a fallu envisager de vivre avec un vélo planté sur son HT (=>Home Trainer) au milieu de la pièce principale, qui ne fait que… 10m2. Mais par amour du vélo, on fait beaucoup de choses !

IMG_5171

Ensuite, connecter Zwift a été facile, car le HT possède un capteur de cadense et un capteur de puissance intégrés, qui se connectent en bluetooth ou par ANT+ sur un smartphone ou sur l’ordinateur. Plutôt pratique car l’ordinateur détecte automatiquement ces outils dès qu’on tourne les pédales. Alors, l’entraînement confiné, ça donne quoi ?

L’entraînement confiné

Autant vous dire que j’ai cru finir confinée en confiture ! Les premières séances ont été plutôt douloureuses ! Au bout de dix minutes, j’étais en sueur, rouge, fébrile, et j’avais vraiment très très très chaud ! Voilà pourquoi les plus aguéris prévoient en plus du HT un ventilateur. D’autres ont la chance de pouvoir faire du HT au bord de leur piscine, et d’y plonger quand ils veulent.

Pour faire court, en milieu fermé et quand l’air est finalement peu renouvelé par rapport à l’extérieur, le corps doit d’autant plus travailler pour réguler sa température. Vous éliminez encore plus d’eau, et avec, des sels minéraux. C’est très bien expliqué ici par ODCycling. (Merci encore Fabrice pour ce lien !).

Capture d’écran 2020-03-21 à 11.30.30

Par ailleurs, le cardiologue Laurent Chevalier expliquait récemment dans l’Equipe que, en cette période où n’importe qui peut être touché par le coronavirus, et ce virus étant particulièrement friand du système cardiovasculaire, il n’est pas bienvenu de pousser la machine en milieu fermé. En temps normal, si faire du vélo est un sérieux avantage pour la santé, un effort trop intense sur une trop longue durée (entraînement spécifique chaque jour de la semaine par exemple) peut se révéler contre-productif et mener à une fatigue assez malvenue pour combattre un virus de ce type. C’est tout bien expliqué ici.

Juste avant le confinement, j’éprouvais de plus en plus de difficultés à pédaler à cause de mon genou gauche. Une IRM était même programmée début avril pour contrôler l’état de mes ménisques vieillissants. Ils avaient déjà montré quelques signes d’usure il y a trois ou quatre ans. J’avais un peu peur, du coup, de monter sur mon vélo pour en faire un peu tous les jours à la maison. N’était-il pas temps d’en profiter pour reposer ce genou ? Pas du tout !

Capture d’écran 2020-03-30 à 22.19.36

J’ai demandé quelques conseils à mes amis cyclistes, et l’un des conseils les plus indiqués était de me mettre aux pédales automatiques ! C’est désormais chose faite. Jusqu’à présent j’avais hésité car j’avais peur de me vautrer comme avec mon premier essai avec les pédales Look Keo. Sur un vélo bien arrimé, c’est plus facile ! Et surtout, j’ai changé les cales pour des SPD, beaucoup plus faciles à déclipser (et clipser d’ailleurs).

Depuis que j’ai mon HT, je n’en fais donc qu’avec les pédales auto. En 11 jours, j’ai déjà fait 370 kms comme ça sans avoir mal au genou une seule fois ! Pour donner un aperçu de la catastrophe d’avant, je dois préciser que 10 kms m’étaient devenus hyper pénibles et douloureux sur les dernières sorties en extérieur. L’aller pour me rendre au travail passait le matin, mais le retour le soir était insupportable.

Capture d’écran 2020-03-30 à 22.22.27

Revenons à Zwift

Zwift, c’est un réseau social/jeu en ligne où l’on se connecte pour pédaler seul ou en groupe, à travers un univers imaginaire rempli de parcours divers et variés. Côté parcours, il y en a pour tous les goûts, avec ou sans trop de D+, de 4 à plusieurs dizaines de kms. Il y a également des parcours spéciaux, des challenges, des badges à obtenir comme dans Garmin. Plus on roule, et plus on monte en niveau. La récompense immédiate est l’approvisionnement automatique de l’inventaire du personnage. On obtient d’abord un casque, puis un t-shirt, des chaussettes, des chaussures automatiques, etc… A terme, on peut aussi s’offrir un vélo de la marque de son choix avec les gouttes durement acquises à la sueur des gambettes.

Capture d’écran 2020-03-30 à 22.19.52

Tout cela est bien addictif, d’autant qu’en cette période de confinement cela permet de retrouver ses amis et de rouler avec eux, même si c’est dans un environnement factice. L’abonnement est un poil cher (14,99€ par mois), mais il peut être résilié à tout moment. De toute façon, en ce moment, on consomme moins c’est évident, et en tant que sportif, Zwift représente peut-être la seule occupation de ces dernières (et futures) semaines. :/

Mon club de Cyclosport (le Cyclo Sport de Pantin) propose depuis cette semaine des meetup sur Zwift, les GOW ont remplacé la rituelle sortie du mercredi soir par une sortie virtuelle, plein de choses se mettent en place et ça fait super plaisir ! Pour un peu, on ne sait plus comment caler toutes ces sorties au milieu du télétravail, des repas, et des nuits de sommeil réparateur !

Capture d’écran 2020-03-30 à 22.21.00

Je ne sais pas trop dire si j’apprécie de rouler dans cet environnement virtuel. L’ennui vient quand même beaucoup plus vite qu’à l’extérieur, c’est évident. Si il n’y avait pas les badges à obtenir, les circuits à remplir, les défis à relever, je pense que je me serais lassée au bout de deux jours. Comme en plus je ne suis pas friande de la surchauffe, et que je souhaite juste réadapter mon genou au vélo et mouliner, je ne me donne pas à fonds, c’est donc sans doute moins ludique.

Depuis quelques jours, j’ai même pris l’habitude de faire autre chose en même temps. Je pédale un peu à 9h, en commençant à travailler sur les mails du boulot. Je me fais ensuite une séance pendant que le repas du midi chauffe, ou bien après pendant la digestion. A ce moment, je lis un livre à l’écran. La plus grosse séance réclame plus de temps, et elle se tient donc après le télétravail, après 18h ou 18h30. Là, je peux mettre en route un épisode de Walking Dead, ou bien discuter avec ma famille. Pendant ce temps, mon avatar mène son petit bout de chemin dans son univers parallèle, et moi, je reste accroché à ce qu’il reste du mien. 🙂

Vous l’aurez compris, je ne suis pas une grande fan du sport en intérieur, ni de l’univers Zwift, cependant, cela permet de garder un semblant de forme et de ne pas ressortir tout flasque de ce confinement. Mais quand même, vivement dehors !

IMG_4446

Un commentaire

  1. Mon gamin s’est fait l’Alpe d’Huez hier sur Zwift. Personnellement je crois que cela m’énerverait vite. J’ai mon programme : 1/4 heure de montée en puissance, 1 heure à puissance constante, aux alentours de 200 watts, 1/4 heure de descente en régime. Je regarde par la fenêtre !
    Belle et douce et souriante journée, Babyface.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s